Audio

Et si on dépoussiérais un peu par ici aka bonne année!!!

Tout d’abord je vous souhaite une excellente année!!! (il n’est jamais trop tard) qu’elle vous soit riche en bonheurs en découvertes et en chat ronronnant.

“Mais qu’est ce qu’elle fout?”

 

Et bien oui cher lecteur tu es totalement en droit de te poser cette question. J’ai laissé mon blog en stand-by même qu’il y a une très bonne raison à ça (dont je vous causerai dans un prochain billet) mais me voilà de retour pour vous jouer un mauvais tour .*

Le mois de janvier est traditionnellement la période des vœux, des résolutions et de l’empiffrage de galettes parce qu’on a encore un peu faim après Noël…

Mais c’est aussi une occasion de faire l’inventaire de ce qui s’est passé de bon comme de mauvais durant l’année qui vient de s’achever. 2013 a été pour moi une année très riche en apprentissage en tout genres. J’ai appris beaucoup sur moi même, sur mes choix, mes envies et à beaucoup mieux gérer la pression de la société en général (j’ai surtout appris que généralement on s’embête moins quand on en a rien à carrer) j’ai eu confirmation (même si j’en avais pas tellement besoin) que mes copains sont formidables! Et tout ça a donné une année avec des hauts et des choses géniales et des bas mais beaucoup de soutien. Et il y a eu aussi eu dans ma vie  une aventure qui m’a appelée à grands cris mais ça je vous en parlerai dans un autre article (et ne vous faites pas de fausse idée Gandalf n’est pas venu frapper à ma porte, ce n’est pas ce genre d’aventure) .

Aquedonc :

 

voilà, bien résumer!

 

Et créativement parlant l’année a aussi été pas mal remplie avec en première place la création de ce blog et le fait que cela a un peu radicalement changé ma façon de coudre. Parce que au début on se dit qu’un espace virtuel pour ses créations c’est juste prendre la dite créa en photo et ensuite écrire un petit truc dessus et basta je retourne regarder des vidéo de chats sur youtube… heu… lol

Ce n’est tellement pas ça! Déjà pour avoir un site qui ressemble à autre chose qu’un skyblog moche (pléonasme?) il faut y passer du temps et quand on y connait rien en web-desing ça prend à peu près 3 fois plus de temps heureusement Tatan Crafty est là :

 

HTML Map

 

Ensuite les photos. S’ il y a bien une chose qui m’énerve sur les blogs de couture c’est les photos où on ne voit pas le vêtement dont il est question. Alors que prendre des  photos qui sans être exceptionnel sont au moins propres c’est pas compliqué. Thread & Needles nous donne même pleins de bon conseils :

 

Des conseils pour prendre de jolies photos chez Thread&Needles
HTML Map

 

Bien sûr prendre des jolies photos ça prend un peu plus que cinq minutes (et quand en plus on est jamais pleinement satisfaite des photos comme c’est mon cas, c’est beaucoup plus long). Et puis la rédaction des articles qui est il faut bien l’avouer un gouffre à temps monstrueux. Parce que je passe beaucoup de temps à m’y mettre déjà (procrastination!) et à les écrire, les modifier, trouver des visuels, parfois les créer, les relire les corriger, les re relire et les faire corriger (merci les filles! :)) et encore les re relire.

Du coup quand j’ai fini de coudre un truc il se retrouve rarement immédiatement sur le blog (et il y en a même un certain nombre de 2013 qui ne se sont jamais retrouvés ici. Mais ça va venir) . Tout ça pour dire que j’ai beaucoupcousu cette année, que j’ai pas mal blogué, et que bordel j’adore ça!  🙂

Voici un petit bilan en images. Et vous pouvez même cliquez sur chaque miniature pour retrouver l’article dédié. C’est beau la technologie.

 

HTML Map
Cher lecteur, clique donc sur les miniatures, pour un flashback
HTML Map

 

J’ai donc cousu 18 trucs au total et j’en ai blogué 11 et photographié 14.  Et pour 2014 alors ? Comme je vous disais plus haut cette année j’ai répondu à l’appel de l’aventure. Le rapport direct de cause à effet est que je n’ai plus Rossinante ma Pffaffette chérie sous la main MAIS ce n’est pas une raison pour que ce blog prenne la poussière parce que :

Petit 1 : J’ai quelques créations à vous présenter dont je suis plutôt contente et même si elles datent de plusieurs mois elle méritent largement de se retrouver ici.

Petit 2 : Je suis allée à des concerts chouettes que j’aimerais vous raconter.

Petit 3 : J’ai envie d’inaugurer une nouvelle catégorie ; “réflexions pop” parce que commencer à coudre et à faire ses fringues soi-même change un grand coup le rapport qu’on peut avoir aux vêtements mais aussi, le rapport à son corps et à son image. Et mine de rien ça en fait des trucs à dire là dessus.

Petit 4 : Et une machine à coudre ça prend de la place certes mais des aiguilles à tricoter beaucoup moins. Je suis donc allée m’équiper dans un très chouette magasin de laines :

 

IMG_4613

 

IMG_4607

 

J’ai aussitôt mis les écheveaux bordeaux en pelotes. Énormes les pelotes! :

 

IMG_4621
photo flash moche. Mais je voulais absolument vous montrez la taille de la bestiole et je n’ai pas pu attendre d’avoir une meilleurs lumière : je voulais m’y mettre tout de suite 🙂

 

Et mon ouvrage en cours avance vite, si vite qu’il va falloir que je me trouve un autre projet rapidos!

 

IMG_4628

 

Et last but not least on va finir en musique! Voici un pot-pourrit de quelques trucs que j’ai kiffer en 2013. Un morceau pour chaque mois de l’année. Enjoy :

Janvier : Archive, Light. Je n’ai pas du tout aimer l’album mai j’ai adoré ce morceau et j’ai surkiffer cette version live :

 

Février : Imelda May, Love tatoo. Rockabilly et rouge à lèvres :

 

Mars : Porcupine Tree, Radioactive toy. Rhaaaaa ce concert! C’était magique! :

 

Avril : The Pinapple Thief. Qui font décidément des choses très, très bien :

 

Mai : Hubert Felix Thiéfaine, Joli Mai mois de Marie. Parce que Thiéfaine j’y revient toujours! Et ce depuis mes 15 ans ^^ :

 

Juin : Daft Punk, Touch. Rien à faire, je reste persuadée que c’est David Bowie qui chante sur ce morceau, j’attend qu’ils finissent par l’avouer. Y a pas de soucis j’attend :

 

Juillet : Kavinsky & Lovefoxxx, Nightcall. Découvert dans “Drive”. Ce film est génial! De même que sa BO :

 

Août : Jean-Jacques Goldman, Ensemble. Y a des fois comme ça où pense connaitre le travail d’un artiste et au fait pas du tout :

 

Septembre : The Clash, London Calling. Oldie but such a goodie :

 

Octobre : Artic Monkeys, Do I wana know. Je cours de ce pas me jetée sur le reste de l’album!  :

 

Novembre : Eiminem, Mosh. Ce n’est pas DU TOUT mon genre musical de prédilection mais le bonhomme s’emploie à me faire changer d’avis :

 

Décembre : Pentatonix, Carol of the bells. Parce qu’en Décembre ont sort la playlist de Noël 🙂 :

 

*si tu à compris cette vanne, bravo tu est née dans les années 90 🙂

Advertisements
Audio

La nuit de l’Erdre

Aujourd’hui un post un peu spécial. Sans aucun chiffon mais avec plein de bout de musique dedans!

Le 6 juillet dernier je suis allée au festival “La Nuit De L’Erdre” juste à coté de Nantes. Je n’ai fait que très peu de festivals jusqu’à maintenant, celui-ci étant le deuxième au compteur. Pourtant il y en à un paquet par chez moi. Et bah je devrais en faire plus souvent parce que j’ai adoré l’ambiance! Et je vous en propose même une petite review pas plus tard que tout de suite.

En cette chaude journée du 6 juillet nous voilà donc mes co-voiturées et moi-même, parties pour nord-sur-Erdre. Je voulais y être assez tôt pour être bien placée. (Parce que je vous certifie que quand vous avez pu faire un concert au tout premier rang et que vous culminez en dessous du mètre 60, le milieu de la fosse vous voulez plus en entendre parler) Mais comme les portes du festival n’ouvraient de toute façon pas avant 17 heures, j’ai eu le temps de me balader dans le bucolique petit bourg qu’est Nord-sur-Erdre qui, en plus d’être charmant tout plein, avait la bonne idée d’être plein de festivaliers plus ou moins réveillées. Je me suis même offert une petite sieste sur les bords de l’Erdre et je serais bien allée piquer une tête si j’avais eu mon maillot sous la main.

J’ai rejoint les portes un peu avant 16 heures et il y avait déjà un peu de monde. La journée était caniculaire et l’heure d’attente en plein cagnard c’était plutôt moyen. Du coup, en arrivant dans le parc du festival (après avoir pu faire passer l’appareil photo en douce, youuhou!) j’ai choisi d’aller me chercher à boire plutôt que d’aller directement squatter devant la scène. l’hydratation ou les barrières, il faut choisir. Mais bien sûr je ne savais pas encore que l’armoire à glace de la sécurité passerait son temps à distribuer des bouteilles d’eau et à asperger le public pour le rafraîchir. je m’installe à droite de la main stage où on peut déjà voir le matos estampillé puggy et où je ne suis ma foi plutôt pas trop mal placée. La configuration de ce festival est très chouette: les deux scènes sont assez proches et l’écran géant entre elles permet de suivre tous les concerts sans avoir besoin de bouger. le premier groupe qui a eu la tâche ingrate d’ouvrir cette deuxième journée et qui à commencé à jouer dès l’ouverture des portes, alors qu’il y avait très peu de monde dans le parc (ce qui donnait un peu l’impression qu’ils répétaient encore) c’était Khagely Trio. Un trio comme leur nom l’indique composé de guitare, saxophone et percussions. Une musique reggae aux influence écolo, fort sympathique et assez rafraîchissant.

Sur la même scène suivait ensuite Aude Henneville. Bon, son registre n’est vraiment pas ma tasse de thé. J’ai trouvé sa façon de chanter sans articuler assez horripilante. Et le peu que je comprenais de ses paroles m’a semblé assez naïf. Je n’ai pas été mécontente quand ça c’est terminé.

Ensuite c’est le groupe à nationalités multiples Puggy  qui inaugurait la main stage. Les trois membres sont respectivement  britanniques, suédois et français mais ils se revendiquent comme un groupe belge. Joyeux brassage!

IMG_3148

Bien que ce soit un des groupes les plus attendus du festival, je ne connaissais absolument pas (je devais d’ailleurs être la seule, vu le mouvement de foule quand ils sont montés sur scène). Et ça été une très très bonne surprise. Leurs musique sous de faux airs acoustique et gentillets envoie ce qu’il faut, leurs voix marchent hyper bien ensemble et les gars sont très énergiques sur scène. Particulièrement Ziggy alias le batteur  fou qui en plus de frapper comme un bûcheron a des expressions géniales et une façon de rouler des yeux assez… enfin bon je vous laisse juger :

Faut avouer qu’il est plutôt beau gosse, la vague de soupir groupiesque  qu’il a déclenché en s’installant au clavier sur le morceau How i needed you m’a bien fait marrer.

IMG_3140
Ziggy et son regard langoureux n°3 le “sans les mains”

Ce qui est cool avec eux aussi c’est qu’il parsèment leurs morceaux de plein de petit sons sympas : une sorte de “xylophone électronique” que Romain, le bassiste, déclenchait en pianotant sur ce qui ressemblait à une tablette numérique, ou des sifflotement sur She kicks Ass (j’adore cette song !).

IMG_3145

Ce n’est pas leur performance à la nuit de l’Erdre mais ce live est sympathique je trouve.

Bref, j’ai beaucoup aimé, je retournerais les voir sur scène avec grand plaisir s’ils repassent dans le coin! Une dernière pour la route, et made in Nord-sur-Erdre cette fois-ci :

Les Puggy finissaient tout juste leur concert que le groupe suivant commençait à jouer sur la deuxième scène. Petit bémol, le timing très serré de ce festival était parfois plombant: les groupes s’enchaînaient très vite et les musiciens ne pouvaient pas forcement faire durer le plaisir. C’était bien dommage.

 Les suivants en question étaient les Passagers du Gawen, les gagnants du tremplin du festival. Cette bande de joyeux drilles nous propose une musique celtique qui sent bon l’océan, le chouchen, les crêpes et la fête. Et mention spéciale à la chanteuse/capitaine du Gawen qui passe de la guitare à la flûte traversière au tambour, parfois sur le même morceau. Ils ont embarqué tout le monde sur leur navire imaginaire. Ce fut un fort chouette moment. Nolwenn Leroy peut dormir tranquille la relève bretonne est assurée.

Après, retour sur la première scène avec Olivia Ruiz. J’y allais avec un gros a-priori parce que la demoiselle se traîne une réputation de diva au melon surdimensionné assez peu flatteuse. Et bah sur scène je l’ai trouvée hyper fraîche et très fun, à l’image cette petite interaction qu’elle a eu avec un type masqué dans la foule qui lui a crié: “Épouse-moi ! ” Réponse de l’intéressée “Ah bah oui mais c’est trop facile de dire ça masqué. Comment tu veux que je juge de la marchandise… Mais j’ai l’âge d’être ta mère à toi, nan ? ”

 On sent qu’elle et sa tribu de musicos s’éclatent sur scène. Il y en a un d’ailleurs qui  en plus de s’amuser à fixer la foule avec des yeux flippant (qui n’étaient pas sans me rappeler un autre musicien au regard possédé croisé il y à quelques mois) avait à disposition toute une tripotée d’instruments étranges. Dont une scie musicale et aussi ce truc-là qui, renseignement pris (merci Kouta), est un dulcimer et donne un fort joli son.

oli

A part les chansons passées à la radio et qu’on a tous plus ou moins entendues je connaissais très peu sa musique. Ca n’a pas été un gros coup de coeur mais j’ai trouvé son univers pimenté et son énergie très agréable !

La scie musicale en question :

La miss nous a même offert un rappel chocolaté tout plein:

Après, c’était le tour de Da Flex. Mais la foule commençait à se faire dense je ne voyais plus la deuxieme scène et pas beaucoup l’écran. Et les gens à coté de moi étant en pleine conversation, je n’entendais le concert que de façon très hachée. Big up quand même à la chanteuse qui a assuré le concert bien qu’enceinte jusqu’aux yeux.

Du coup j’ai passé l’heure des Da Flex à plutôt regarder les roadies installer l’énorme piano et le décor pour le moins conséquent du concert suivant. Le plat de résistance, j’ai nommé Mika.

Je vous cache pas que j’étais venue à ce festival principalement pour voir cet artiste dont je vous ai déjà causé ici et ici, et le moins qu’on puisse dire c’est que je n’ai pas été déçue du spectacle! Sur scène, ce type a une énergie dingue et une joie de vivre hyper communicative. J’étais assez près pour vous assurez qu’il mouille la chemise. J’ai rarement vu un mec sautiller autant et jamais personne prendre son piano pour une piste de danse. Et encore, ce soir là il avais pas l’air au meilleur de sa forme.

IMG_3201

En plus de ça j’ai trouvé le garçon à l’image de sa pop vitaminée: très drôle. Il se marrait beaucoup et communiquait très souvent avec le public. Et on pourrait facilement croire que sous se musique joyeuse et son allure d’adorable pile électrique il n’y a pas grand chose mais que nenni! On sent le chef d’orchestre ultra perfectionniste qui dirige tout jusqu’aux lumière, quand ça lui prend. C’était amusant de voir que ses musiciens l’ont toujours à l’œil histoire de ne pas être largués et il est très souvent lui même au piano.

IMG_3207

On a eu droit à une setlist que j’ai trouvée plutôt surprenante. C’est le très épuré : Un Soleil Mal Luné, une des chansons piano/voix Barbara style de son dernier album, qui ouvre le bal. Sur le moment, j’ai pensé en ces termes: “Bon, je l’aime pas trop cette song et puis c’est chelou comme ouverture surtout en festival mais pas grave j’en profite pour mitrailler”. Et bah le lendemain c’est celle-là que j’ai eu le plus envie de réécouter, surtout que maintenant elle me rappelle le concert… Aaaah l’effet live ! ^^

IMG_3205
Alors l’éclairage beau boulot, très beau boulot !

IMG_3214

Ensuite, histoire d’annoncer tout de suite la couleur, ils enchaînent avec Grace Kelly chantée en partie en français. J’étais tellement persuadée qu’il allait garder son “incontournable” pour la fin que j’ai été toute surprise de reconnaître l’intro. Grace Kelly c’est le titre qui envoie tout promener sur une musique qui share du happiness en veux-tu en voilà et tout ça en  trois minutes et demi. Le morceau qui m’a rendu un fier service en m’arrivant dans les oreilles juste au moment où j’avais besoin de l’entendre. C’est peu dire que je me suis joyeusement égosillée tout comme la quasi-totalité de l’assistance.

Après ça une série de morceaux plutôt punchy et sautillants suivent, notamment Relax pour rester dans les classiques. Ensuite c’est Blue Eyes qui arrive. J’adore l’histoire que raconte cette song: une fille qui a perdu son cœur comme on égarerait son portefeuille, dans le métro  et qui essaie de le retrouver au objets trouvés. Puis Billy Brown commence où Curtis le claviériste passe au saxophone pour l’occasion. Et après ça Big Girls avant laquelle Mika nous raconte une petite mésaventure qui lui est arrivée lors d’un récent concert au Liban où apparemment ça n’est pas très bien vu par les autorités de faire mumuse avec le drapeau du pays sur scène.

IMG_3225

Et comme le gars est définitivement un marrant, il y a aussi des moments très drôles comme sur Love You When i’m Drunk avant laquelle notre ami britton prend le temps de s’enfiler une rasade d’un truc rouge qui n’est certainement pas de l’eau. Cela a d’ailleurs déclenché un petit débat avec mon voisin à base de: “Nan mais je suis sûre que c’est de la grenadine, il n’aurait pas osé mettre du vin en bouteille plastique, le gars est sensé être un minimum francophile quand même”

Le morceau en question: « Mesdames et Messieurs la folle » XD 

Et il y a eu l’instant clownesque du show sur Love Today: Max, bassiste de son état s’est mit à pousser la chansonnette pendant qu’un Mika faussement vexé fait mine de sortir de scène: “Mesdames et messieurs voilà la voix de Max, chantez pas avec lui parce qu’il peut continuer comme ça toute la nuit” ^^

IMG_3226

Et il y a eu des moments vraiment très chouettes! Notamment pendant la présentation de Elle Me Dit où il nous dit sans grand enthousiasme qu’il fêtera ses 30 ans dans quelques semaines. Sans le laisser finir sa phrase la foule se met alors spontanément à entonner “Joyeux anniversaire” d’une seule voix.

“Mais non, c’est pas maintenant, pour l’instant j’ai 29 ans, alors va vous faire foutre” Et bah j’en connais un qui vit mal sont passage à la trentaine !

Ensuite ce qui restera mon moment préféré du concert arrive. Mes deux morceaux favoris du dernier album, The Origin Of Love et Underwater sont joués coup sur coup.

La première est  une espèce d’ultimate love song tellement puissante qu’elle en devient sinistre. Elle retranscrit ce sentiment amoureux qui vous donne l’impression qu’on vous à enlevé un filtre grisâtre des yeux et que d’un coup tout paraît plus beau, plus coloré, plus joyeux. Ce morceau c’est cette sensation dans tout ce qu’elle peut avoir d’euphorisant et d’effrayant. Avec pour le refrain un chœur d’église à l’accompagnement, et en latin siouplaît. Le second morceau demande grâce pour les noyés de l’existence. Une ligne de piano toute simple et aussi un des plus jolis moments du concert: Mika met le public à contribution, le dirigeant comme le chef d’orchestre qu’il est.

 Par contre une foule quand ça chante fort, ça chante faux:

Après ça c’est Happy ending qui sent un peu le final et qu’il termine assis au bord du catwalk, l’air complètement lessivé.

https://i0.wp.com/img11.hostingpics.net/pics/180850MikaLaNuitdelErdre06072013108.jpg

Mais là, alors que je pensais que le type avait tout donné et qu’il ne lui restait plus qu’à sortir de scène et à s’écrouler, on nous balance en conclusion We Are Golden, soit le morceau qui illustre parfaitement le credo du bonhomme: une musique qui vous colle au cerveau et qui donne furieusement envie de danser, le tout servi par un texte au ton dépressif voir carrément suicidaire.

Et voila le Mika qui se remet à bouger avec autant d’énergie que s’il venait tout juste d’entrer en scène.

https://i2.wp.com/img4.hostingpics.net/pics/62231410121694852849248828971224022492n.jpg
comment ça j’ai une heure de concert dans les pattes ?

Et en plein milieu du morceau… paf ! Les canons à confettis placés de chaque coté de la scène crachent des milliers de bouts de couleur dans un ciel d’encre et nous v’là tous redevenus gamins. Je suis tout à coté d’un des canons alors je n’y vois plus rien pendant quelques secondes, que des couleurs plein les yeux j’ai l’impression de me faire attaquer par un arc-en-ciel, qu’est-ce que c’est fun!

https://i0.wp.com/img11.hostingpics.net/pics/871170parcduportmulon68713673.jpg
Avouez que sa en jette (sans mauvais jeux de mots)

Pas de rappel, pas le temps. Le groupe salue et sort de scène. C’était trop bien! Je reste un peu sur ma faim par contre, une heure c’est court. J’ai hâte de le voir dans un cadre hors festival parce que là on sentait le show un peu « étriqué ».

Je m’éloigne des premiers rangs pendant que ça commençais déjà à s’agiter sur la deuxième scène. Je croise des gens avec des sourires béats sur le visage et des confettis plein les cheveux. Je suis surement dans le même état. Je vais m’asseoir un peu plus loin entre les deux scènes pour me remettre de mes émotions.

Mais alors là désolée pour les Hyphen Hyphen clairement je n’étais plus en état de les écouter, ils m’ont pourtant l’air d’avoir fait une performance très honnête. Mais j’étais en pleine euphorie post concert et ça devait se voir si j’en crois le type qui s’est juste arrêté pour me dire que j’avais un sourire très avenant puis a continué son chemin. Toi mon gars, tu m’as pas vue avant mon café du matin.

Hyphen Hyphen
Je me suis réveillée un peu pour le dernier concert du festival, celui de Wax Tailor. Lui, je savais juste qu’il était DJ et ne m’attendais pas du tout à ça : le bonhomme est accompagné de plein de monde sur scène. Chanteur, musicien, choriste, danseur même, et il a un univers visuel qui m’a beaucoup plu. Malheureusement, je n’ai pas profité de tout le concert parce que je commençais un peu à fatiguer. Et puis j’ai trébuché sur un mec occupé à cuver ses (trop nombreuses) bières par terre et comme j’ai eu mauvaise conscience à le laisser là je suis allée chercher les secours. B.A de la soirée, check.
Mais j’ai rajouté l’album du bonhomme «Dusty Rainbow from the dark  aussi sec à ma liste de trucs à écouter.

Voilà c’est terminé. Après une petite virée dans un Nantes post-samedi soir quasiment désert exceptés quelques fêtard sur le chemin du retour pour déposer mes co-voiturées. Je suis rentrée chez moi au petit matin très contente de ma journée mais avec une violente envie de m’écrouler dans mont lit. En me changeant, j’ai retrouvé plein de confettis dans mes fringues, des souvenirs. Pour l’instant je les ai gardés, j’attends qu’ils redeviennent de simples bouts de papier.

Audio

opération “Hello sunshine” suite et fin

Les voili les voilà les résultats de l’opération “Hello sunshine“!  Je vous rafraîchitsla mémoire il y avait ces deux petites fleurs couleurs summer sky à gagner.

 

IMG_2301

 

Et c’est Liberty, la main la patte innocente, qui a tiré au sort

 

IMG_2993
Difficile de faire plus innocent, hein ^^

 

Bon je vous cache pas que  lui expliquer le principe, ça a pris un moment ^^

 

IMG_2992

 

Mais on a fini par y arriver et c’est donc Hamandco aka Elodie le Hammster la gagnante, bravo 😀

 

IMG_2998

 

Et je vous laisse sur une deuxième playlist  sunny tout plein, tout aussi dansante mais plus récente ce coup-ci 🙂

Time to pretend“, MGMT :  Avec un clip déconseillé aux épileptiques ^^

 

One day” , Asaf Avidan/Wankelmut :  Ou comment faire d’une chanson triste à se pendre un truc hyper dansant

 

“Charlie“, Red hot chili peppers :  Une des songs ensoleillées de mes californiens préférés ^^

 

Et un morceaux du Daft Punk nouveau, que vous avez déjà entendu à moins de vivre sur une autre planète (et encore je suis sure qu’elle à été entendu dans une bonne partie de la galaxie celle là ^^  :

Audio

Archive hivernale n°3 : La robe Blackwater Park

Après mon manteau qui m’a pris un temps dingue, il me fallait des projets simples et rapides. Pendant une virée chez le marchand de tissus, j’avais déniché un coupon de velours côtelé bleu Navy.  Je l’ai embarqué aussi sec avec l’idée de m’en faire une robe d’hiver douillette.

IMG_2742

 

En cherchant des modèles potentiels sur thread&needles je suis tombée sur la robe d’ Axetoile, aka le parfait combo classe/confort, et en plus le patron est gratuit à imprimer et à scotcher chez soi. Faut juste pas faire comme moi et faire gaffe à imprimer les explications en français et pas en Allemand ^^

Alors c’est du projet ultra simple et comme je n’ai pas eu besoin de mettre de fermeture sur le coté, merci le tissu stretch, et que j’ai simplifié l’encolure, c’était encore plus simple.

IMG_2748
Vous pouvez constater que je me suis pas foulée pour l’encolure ^^

 

Ma seule et unique boulette a été de coudre une manche à l’envers, mais ça à vite été rectifié. Je n’ai quasiment pas eu besoin de reprendre la robe j’ai juste creusé un peu plus les pinces de dos. Il faudra d’ailleurs que je les creuse davantage je me rends compte sur les photos que le dos baille encore un peu.

 

IMG_2740

 

Je suis assez fan de cette forme d’encolure en “tombé” sur les épaules. Quand on n’aime ni les décolletés ni les cols roulés c’est un très bon compromis ^^

 

IMG_2739

 

Bilan, j’adore ma robe! Elle est douillette et confortable pile à la bonne longueur pour ne pas avoir à faire attention à s’asseoir comme une dame et la jupe est dansante juste ce qu’il faut.

 

IMG_2731

 

 

Dans le Jukebox :

 

Sans titre 1
Opeth, ou un des plus chouette logo de toute la scène prog

 

Opeth est un groupe suédois estampillé “metal progressif” et emmené par Mikael Akerfelt dont je vous ai déjà causé ici . J’avais entendu parler de ce groupe par des amis qui étaient allés les voir au Hellfest, mais comme les chants gutturaux c’est pas mon truc, je n’avais pas eu la curiosité d’écouter.

Et puis il y a eu Storm Corrosion (Du Akerfelt croisé Wilson donc) et comme l’album était chouette j’ai eu envie de jeter une oreille à la musique des Nordiques. On m’a donc conseillé d’écouter leur dernier album en date, “Heritage”, où il n’y pas du tout de growl. J’ai aimé et je suis tombée amoureuse de la voix magnifique d’Akerfel! Si un jour ce type décide de faire un album de berceuses, je passe commande direct! ^^

Pour vous donner une petite idée : cette song n’est ni sur “Blackwater Park” ni sur “Heritage” mais nivau voix, c’est une de mes préférées.

“Den säntiga ressan”  sur l’album “Watershed” :

 

Me voila donc à lancer “Blacwater Park”, puisque tout le monde s’accorde à dire que c’est un de leur meilleurs crus.

 

 

Et j’ai adoré!  Même les chants gutturaux passent très bien vu qu’ Akerfelt arrive à avoir un growl mélodieux (j’avoue je pensais pas ça possible). Deux song que j’ai particulièrement kiffées :

 

“Bleak”, Et là en plein d’un coup j’entend la voix de Wilson mais ce type est partout! 😀 :

 

Still Day Beneath the sun”, pour finir sur un peu de douceur :

Audio

Archive hivernale n°2 : In a land of grey and pink

En janvier dernier l’amie Gathe s’est envolée dans les froides contrées canadiennes. En petit cadeau de départ je lui avais bricolé un béret pour qu’elle ait chaud aux oreilles mais avec chauvinisme ^^. En velours ras noir, doublé polaire et tripliure dans un joli tissus retro girly, choisit avec l’aide de Bab.

DSCN3455

 

Je n’ai pas eu le temps de prendre le bonnet en photo avant que la Gathe s’envole, en revanche quand j’ai vu le reste de ce tissu cohabiter avec les bouts de lainage gris de mon manteau Django , dans mon sac à chutes, paf ça a fait des Chocapic. J’avais envie d’en faire une jupe d’hiver, c’était l’occasion de tester ce patron de jupe new look (une jupe à poches quoi, toutes les jupes devraient avoir des poches.)

 

IMG_2562

 

Alors quand on sort d’un patron Deer &Doe aux lignes ben marquées, au papier épais, au tracé clair, dans toutes les tailles et aux explications limpides, se débattre avec un new look n’est que souffrance! Le papier est tout fin et se déchire dès qu’on a le malheur de le déplier dans le mauvais sens et les explications sont tellement floues que j’ai même pas essayé de les suivre (je suis d’une absolue mauvaise foi, j’avais juste la flemme de les traduire ^^). Au final j’ai passé quasi autant de temps à décalquer le patron qu’à réaliser la jupe, à peu près une soirée à chaque fois.

 

IMG_2573

 

J’ai dû jouer à Tetris pour faire rentrer les pièces dans ce qui me restait de lainage (ça s’appelle utiliser un coupon jusqu’à la lie) et j’ai mixé deux versions du patron pour avoir la jupe courte mais avec les poches.

DSCN3452
Pleins de surpiqûres!

Je n’ai pas suivi les explications du patron mais le modèle est assez simple et on voit très bien comment assembler les pièces une fois celles-ci coupées. Comme je voulais jouer entre le gris et le tissu fun, j’ai fait des poches contrastantes, un ourlet rapporté en plus de doubler la ceinture et des surpiqûres mauves.

 

IMG_2566

IMG_2567

 

Je voulais essayer de poser une fermeture invisible, mais je me suis viandée et là clairement elle a rien d’invisible, je ferrai mieux la prochaine fois. Petite astuce d’ailleurs : si la fermeture que vous vous apprêtez à coudre est trop longue et que vous en avez pas d’autre sous la main, il suffit de la couper et de faire fondre un peu le plastique en bas du zip avec un briquet  pour la sécuriser.

 

IMG_2561

 

Bon finalement, même avec le tissu funky et les surpiqûres, cette jupe  fait beaucoup trop “Madame qui va au bureau” à mon goût. J’hésite à la raccourcir mais je suis pas sure que ça suffise à gommer le côté sérieux du truc.

 

Dans le Jukebox :

 

 

Je vous avais déjà parlé de Porcupine Tree ici. “Arriving somewhere” n’est pas un de leurs album mais leur premier live DVD enregistré au Park West de Chicago pendant le Deadwing tour en 2005. Et ce qui en ressort, c’est que ces mecs font quand même des lives exceptionnels !

 

Attention le Wiwi sourit!

 

Déjà on a droit à une setlist merveilleuse  avec plein de morceaux de “Deadwing” et de “Lightbulb Sun” dedans, Lasse Hoile à la réalisation et des musiciens en très grande forme. Je connaissais la plupart des titres dans leur version studio mais il y a un paquet de morceaux que j’ai redécouvert via ce que j’appelle l’effet ” live+++” et qui donne à peu près ça :

Version album : ah elle est cool cette song!  / Version live : MAIS IL EST TROP BIEN CE MORCEAU!  ^^

Par exemple :

“Start of something beautiful”, avant pour moi c’était juste la conclusion de “Deadwing”, mais ça c’était avant :

 

“Hatesong”, le morceau qui fait “bam dans la tronche” :

 

Et il y a les morceaux que je découvrais :

“Heartattack in a layby”, ❤  j’aurais aimé mettre un commentaire plus subtil et plus pertinent mais pour celle-là,  j’ai rien d’autre 🙂

 

“Trains” , c’est surement un des morceaux les plus connus du groupe mais je n’avais pas écouté “In Absentia” , l’album dont il est tiré. C’est chose faite depuis, vous pensez bien ^^

 

Et pour finir “Futile” , une de leur plus bourrines, qui ne fait pas partie du concert de Chicago mais qui est  dans les bonus du DVD et que j’aime beaucoup :

Audio

Archive hivernal n° 1 : Le manteau Django

Ceci est une intro avant un article long : Hey ça va faire bientôt  trois mois que j’ai sautée le pas et commencé à vous causer chiffons et musique, youpi! Sauf que j’avais cousu pas mal de trucs avant. Je vous propose donc une petite série d’articles “Archive hivernale” parce que mine de rien, j’ai été assez productive cet hiver. Voici donc le premier projet de la série et sûrement mon plus gros projet de l’année. Comme dirais Ten :”Allons-y!” Ceci est la fin de l’ intro avant un article long.

Pour la petite histoire j’ai commencé à coudre il y a…mazette 5 ans !  Parce que je partais en Autriche pour un stage au mois de janvier. La frileuse de compétition que je suis, avais donc besoin d’un truc un peu plus chaud que les vestes en laine toute fine et doublure synthétique du commerce. Mon premier projet était donc un manteau. Ouvrons joyeusement le placard à archives :

 

Sans titre 1
aouch ça pique!

 

Fait sans patron, en velours cottelé doublé et polaire. Il était très chaud, très lourd et aussi très moche mais il à fait son office, il m’à garder au chaud sous la neige.

Deux hivers plus tard, j’ai réitéré :

 

Sans titre 2

 

En drap de laine et polaire, sans patron toujours et toujours aussi lourd. Je l’ai porté pendant deux hivers après il à commencé, à se découdre un peu de partout.

Donc cet hiver j’ai décidé de me refaire un manteau. Un vrai! Avec patron à l’appui (ça va bien 5 minutes le freestyle mais ce coup-çi, j’avais envie d’un truc propre ^^) qui ne pèse pas un bovin mort, chaud, mais le plus fin possible, classe mais pas trop fragile et surtout pas noir. Oui parce que depuis la magnifique doudoune bleu layette que je portais au collège, je n’ai eu que des manteaux noirs. Un peu de changement que diable!

Sauf que :

petit 1 : je manquais grandement de temps pour m’y mettre

petit 2 : je n’arrivais pas à me décider pour un patron

petit 3 : l’hiver étant certe pourris mais pas particulièrement polaire, rien ne pressait

Entre temps les premiers patrons de chez Deer&Doe commençaient à fleurir sur la toile. Un manteau m’a tapé dans l’œil dans une vitrine (vieille collection donc impossible de vous trouver une photo) avec un détail charmant : une fausse jupe en tulle attachée à la ceinture intérieure, qui laisse une bande de tulle apparaître une fois le manteau fermé, genre je porte un jupon en dessous quoi.

Je suis tout de même partie en quête de mes tissus. Je ne voulais pas de noir, mais quand même du neutre histoire de pouvoir porter les couleurs que je veux avec.  J’ai trouvé en fouillant dans le rayon lainage, un gris clair un peu chiné très doux et très fin  qui s’est avéré être un rouleau de tissu Dior rien que ça ^^.  J’ai pris la polaire la plus fine que j’ai pu trouver, grise également, et un coupon de polyèstère blanc avec des jolies fleurs noires (les doublures à fleurs mon grand kiff ^^). J’ai aussi pris du tulle noir et j’ai laissé tout ça attendre le patron parfait.

Et voila que Zibusine et sa version Malicia de la veste pavot m’apportent la solution. Parce que la Pavot elle, ne m’avait pas vraiment tapé dans l’œil, le col Claudine et la patte de boutonnage me plaisaient pas vraiment. Mais comme ça me démangeait d’essayer ces patrons dont toute la craftosphère  disait le plus grand bien, je me suis jetée à l’eau.

J’ai commandé le patron de Pavot (et un autre de Deer&Doe que je vous montrerai bientôt) et en avant pour l’aventure !

 

pas moins de 6 tissus différents (oui il manque le matelassé sur la photo)

 

Je vous préviens : à partir de là, y en à pour un moment alors allez vous faire un café ou un thé et installez-vous confortablement ^^.

 

IMG_3014

 

Au début tout à été comme sur des roulettes, j’ai décalqué le patron 2 tailles au dessus pour avoir la place pour la doublure. Niveau modifications, j’ai rallongé la veste (j’avais hésité à élargir la jupe, mais finalement elle tombe très bien comme ça.) Et la grosse modification : je ne voulais pas de patte de boutonnage apparente,j’aimais pas trop l’espèce de croix que ça dessinait sur l’avant de la veste (certain dirons que je pinaille… et ils auront parfaitement raison).

 

IMG_3067

 

Du coup, j’ai simplement redessiné en collant les deux pièces et en supprimant les 1.5 cm de la marge de couture compris dans le patron ( je vais pas vous mentir, ne pas avoir à rajouter les marges c’est merveilleux). Et voila ma première boulette : j’avais oublié de modifier la ceinture. J’ai donc dû en recouper une (rien de bien méchant pour l’instant). J’ai ensuite coupé 3 fois toutes les pièces : une dans le lainage, une dans la polaire, et une dans la doublure… ça faisait beaucoup de pièces.

 

IMG_3042

 

J’ai commencé par coudre la partie lainage : pour le montage aucun soucis, même pour les fronces et les poches c’est allé tout seul. Les explications du patron sont très claires et illustrées ce qui est quand même vachement pratique.

Ensuite, j’ai eu l’idée lumineuse de faufiler ensemble la tri-pliure (les pièces en polaire) à celle en doublure (polyèstère) histoire de coudre “le manteau en doublure” en une seule fois… et là catastrompf! Le tissu gondolait à chaque couture, le fil n’arrêtait pas de casser, j’ai eu beau régler la tension de la machine, ça n’a rien changé. Après plusieurs essais infructueux j’ai tout décousu (découdre du point zigzag sur de polyester c’est FUN grrrr). J’ai donc cousu une veste en polaire PLUS une veste en doublure et là, aucun souci, c’est passé comme une lettre à la poste. Seule différence avec la partie en laine, j’ai réduit la largeur du haut des manches pour ne pas avoir à faire les fronces dans la doublure, j’avais peur que ça ne rende pas bien avec toutes ces épaisseurs.

 

IMG_3078

 

 

 

IMG_3050

 

Bon maintenant que j’ai les 3 morceaux y à plus qu’à les assembler. Là je me dit que c’est l’affaire d’une journée et à la fin du weekend, j’ai fini mon manteau (Mouahahaha qu’elle naïve je fais). D’abord je fixe les trois épaisseurs simplement avec des épingles (je n’aime pas bâtir, les épingles sont mes amies) j’essaie et les manches coincent à cause de l’épaisseur de la polaire. Je dépingle donc, découds les manches et les recoupe dans de la ouatine matelassée (un truc qui ressemble à ça, qui reste bien chaud mais qui glisse mieux)  mais comme je voulais que l’intérieur des manches soient assorties au reste de la doublure, j’ai donc doubler du matelassé (je n’ai peur de Rien). Rebelote, je recouds les manches je ré épingle les trois épaisseurs ensemble et je réessaie : ça passe. Même avec mon combo grand froid, c’est à dire : débardeur+t-shirt à manche longue+petit pull en laine+sweat à capuche+veste tailleur, ça passe et j’ai chaud : parfait!

 

IMG_3084

 

Je m’attaque donc à la couture et re catastrophe c’est de travers les épaisseurs se mettent pas bien, ça repique de partout, je re découds et je m’acharne mais j’arrive à chaque fois au même résultat.  Après m’être arraché les cheveux et avoir hurlé mon désespoir, je me suis fait du thé. Et j’ai changé de méthode. J’ai opté pour une façon dite “à la bourrine mais je noie le poisson” : j’ai essayé le manteau et ai tiré sur la doublure jusqu’à ce qu’elle ne fasse plus de bosse, ré épinglé et coupé là où ça dépassait et ça a marché ! J’ai ensuite pu coudre les parmentures pour faire une finition propre. Victoire!

 

IMG_3041

 

IMG_3060

 

Le corps du manteau étant terminé, j’ai voulu tenter de faire un col. J’ai donc modifié un peu l’original de pavot pour qu’il soit plus “en pointe”. J’avais dans l’idée de le faire en velours noir : c’est doux, c’est chaud mais c’est particulièrement chiant à coudre. Sauf que j’en avais plus beaucoup en stock, donc j’ai coupé le dessous du col dans le ployestère à fleurs mais j’ai eu beau l’entoiler ça gondolait un peu et ça restait pas bien en place. En plus ma forme de col modifié c’était bof.  Je me suis donc dit que j’aillais coudre la capuche directement sur l’encolure plutôt que de la faire amovible en cachant le zip sous le col. Pour le coup j’ai fait exactement comme Zibusine même patron de capuche (et ça va devenir mon patron de capuche chouchou : assez grande pour planquer ma tignasse et mon casque audio et qui tombe quand même vachement bien). Après mes déboires, j’étais persuadée que j’allais encore me planter quelque part mais non, le redessinage, coupage, doublage, montage et même la pose des biais pour les finitions s’est passé tout seul. Je m’y attendais tellement pas que j’en ai été toute surprise :).

 

IMG_3090

 

Le reste c’était du fignolage même si ça s’est avéré plutôt long :

– ourlet des manches et ajout d’une bande de velours noir au poignet (j’avais peur que le tissus clair devienne vite dégueu au bas des manches)

– pose des bouton :  j’avais pas le courage de faire des boutonnières, j’ai donc mis des pressions et utilisé la méthode des doubles boutons de tread&needles. J’aime beaucoup, ça fait une finition très propre et j’aime bien la petite touche de couleur avec les boutons bleus. Pour le reste bouton recouvert de velours (pour rester constante ^^)

 

IMG_3104

 

– la bande de tulle, pour faire style “j’ai un jupon sous mon manteau mais t’en vois qu’un bout” ^^, sur la doublure et du coup ourlet invisible (à la main : long !) sur le coté lainage

 

IMG_3118

 

Et At last ! Fini ! A ce moment je n’étais que joie et euphorie ^^.  Depuis j’ai passé la bête au crash test : gambadons dans les chemins boueux et grimpons aux arbres et il a passé l’épreuve haut la main! (haut la manche plutôt). Cela dit, quand on a du tulle au bas de son manteau, faut faire gaffe aux ronces ! ^^

Alors au final, il est léger très douillet (j’ai l’impression d’enfiler un peignoire) et il ne crie pas “homemade”.

Mais y a quelques trucs qui me chiffonnent quand même. Les poches me font des hanches énormes, je sais pas si c’est dû aux épaisseurs où à la coupe. Et j’ai l’impression que certaines coutures plissent -_-. Et même si j’aime beaucoup la capuche doublée elle me glisse des tifs dès qu’il y à un peu de vent (ce qui arrive souvent par chez moi :D)

 

IMG_3076

 

Bon ces petits détails ne m’empêcheront pas de dormir et quand même je ne me suis pas acharnée pour rien ! Et bonus j’ai beau l’avoir terminé fin février, l’hiver semblant  beaucoup trop s’attarder, j’ai même pas eu besoin d’attendre l’année prochaine pour le porter 🙂

 

IMG_3093

 

Dans le Jukebox :

Vu le temps que ça m’a pris vous vous doutez bien que je n’ai pas écouté qu’un seul album mais la principale bande son de ce projet ça été justement une bande son,celle de Django Unchained (que je vous recommande chaudement). Bon c’est pas comme si le Maestro du cinéma nous avait habitués à des BO magnifiques hein ^^. Et quand Tarantino décide de se mettre au western il se paie le luxe d’inviter Ennio Morricone, respect! Des morceaux très typés western donc mais pas que, le petit passage de bon vieux rap US des familles est surprenant mais efficace, de même que la scène faussement épique sur fond de chevauchée des walkyrie. Mes songs chouchou :

Who did that to you :

 

Trinity (titioli) : Si un jour je me ballade dans le far west à dos de canasson je veux avoir cette song dans les oreilles 😀 :

 

Django (qui met tout de suite dans l’ambiance) :

 

Et puisque qu’on est sur un blog de chiffons ici, c’est l’occasion de parler costumes! Sur ce film y a un gros boulot sur le look de Schultz  voyez plutôt :

 

Django-unchained_(Dr._King_Schultz_and_Django_)
The Good, the Bad and the Fancy pants

 

Le côté costume de dandy avec un je-ne-sais-quoi qui retient l’attention. Chapeau à l’européenne et manteau de coupe très classique mais avec les détails fun de la pèlerine et des attaches, c’est complètement dans le personnage, classy mais jeté :). Pour Django qui a des petites recherches vestimentaires durant le film :

 

vlcsnap-2013-06-27-00h45m34s188
Bonjour, je fous les jetons, même dans un truc à fanfreluches

 

Au passage dans cette scène le boulot sur l’image est merveilleux. Les tons sépias du paysage, les peaux majoritairement sombres des acteurs et là bim, la touche colorée du bleu des vêtements de Django, c’était hyper bien pensé!

De même que son autre costume qui, sous un air lambda, est tout en petits détails du genre lunettes rondes et veste courte perfecto style. J’ai aussi particulièrement aimé le petit détail du cuir gravé de la selle (pousser le soucis du détail jusqu’à travailler le cuir comme ça, alors qu’on voit la dite selle pendant deux plans, je trouve ça monstrueusement classe.

 

vlcsnap-2013-06-27-00h49m09s28

 

Enfin si je ne vous ai toujours pas convaincu d’aller voir ce film je vous invite à lire la critique d’une amie qui écris des reviews de film/jeux/livre et avec intelligence et talent (et en plus elle cuisine un risotto merveilleux).

 

vlcsnap-2013-05-20-15h06m10s65
mais cette tronche:D
Audio

Feeling blousy

Je vous disais dans mon précédent post que j’avais la ferme intention de réutiliser le patron de la robe réglisse.

Tah dah :

ladies and gentlemen en exclusivité mondiale... mes lunettes ^^
ladies and gentlemen en exclusivité… mes lunettes ^^

Je ne sais pas pourquoi je visualise très souvent des robes en blouse ou en t-shirt. Tant mieux pour moi car si je reste mitigée sur ma version robe de ce patron, je l’adore en blouse!

blouse3

Glitter on the cupcake : dans le genre projet rapide ça se pose là : une soirée et c’était plié (bon soirée qui s’est terminée à 1h du matin tout de même).

Je suis tellement habituée à faire des boulettes en couture et à passer du temps à découdre un truc parce que je me suis trompée de sens et bien sûr je m’en rends compte après avoir tout surfilé. Que quand un projet se passe comme ça, sans aucun accro du début à la fin, et en bonus rapidement, je suis toujours surprise.

blouse 3

J’ai utilisé un coton tout léger noir à petits pois blancs qui tire un peu les yeux (les pois le truc trop easy à photographier -_-). Pas de grandes modifications : J’ai rallongé les pièces devant et dos d’une trentaine de centimètres, réduit les marges de couture et pour le col j’ai simplement fait une couture retournée plutôt qu’une finition au biais. L’aspect est un peu plus brut de décoffrage du coup mais perso j’aime bien.

blouse 1

Résultat des courses : Un coupon en moins, (j’en avais 1m et en coupant dans le biais c’est juste assez) , une nouvelle fringue que je kiffe, un truc en moins dans ma  tout doux to do list  et une deuxième participation en temps et en heure au réglisse sew along. Mais que demande le peuple ^^

 

Dans le Jukebox :

Je vous ai parlé dans cet article d’une de mes addictions musicales de ces dernier mois :

 

Mika-The-Boy-Who-Knew-Too-Much-Official-Album-Cover
coloré l’univers on a dit ^^

Cet album, c’est celui sur lequel j’étais passée très vite parce que j’avais beaucoup plus accroché aux deux autres. Sauf que depuis, le bonhomme a annoncé son passage dans pas mal de festivals cet été,dont un juste à côté de chez moi. Et s’il y a un truc que j’aime encore plus que me découvrir des addictions musicales, c’est d’avoir l’occasion de voir les addictions en question sur scène pas longtemps après 😀

Avant d’aller a un concert j’aime bien avoir la potentielle tracklist  fraîche en tête histoire d’en profiter au max. J’ai donc réécouté cet album par acquis de conscience, et là : deuxième effet kisscool!

Il y a un paquet de trucs qui ne paraissent pas à la première écoute comme l’ambiance très sombre qui transparaît malgré des mélodies dansantes.  Et quelques morceaux qui diffèrent franchement de la pop colorée de “Life in cartoon motion” . Notamment “I see you” et “By the time”. Mais toujours pas mal de songs qui me donnent envie de danser toute seule dans mon appart (ce que je ne me prive pas de faire d’ailleurs ^^) comme “We are golden” ou “Good gone girl”.

Et bah même si “The origin of love” reste mon album chouchou je suis sacrement contente d’avoir réécouté celui-ci!

“By the time”  J’adore cette berceuse!  :

 

“Blame it on the girls” Paye ton clip tout plein de références à Orange mécanique 🙂 :